Des innovations pour optimiser la conception et l’exploitation des centres de données

Le marché des centres de traitement de données est en constante évolution, de nouvelles avancées dans des domaines comme l’infonuagique et l’efficacité énergétique redéfinissant l’aménagement de ces installations. 

­

Motivée à innover dans ce domaine, notre équipe de conception d’installations essentielles au Royaume-Uni, que nous appelons Systèmes de puissance plus (« Power Systems Plus »), n’est pas passée inaperçue à Data Centre World, « le plus grand et le plus influent rassemblement d’expertise en centres de données du monde », au centre ExCel de Londres. Durant cet événement, nos spécialistes de la conception d’installations essentielles ont présenté deux innovations qu’ils ont développées pour optimiser la conception et l’exploitation des centres de données.

Édifice Edward Drake- Siège social du Centre de la sécurité des télécommunications, Ottawa

Optimiser la stratégie de conception

Le milieu très complexe des centres de données nécessite le plus haut degré de précision. Oliver Titley, ingénieur en conception de centres de données, et Matt Astle, spécialiste de la MDB, ont expliqué comment les stratégies de conception peuvent être optimisées grâce à une approche de MDB centralisée. Ils ont mis en relief les avantages que permet l’intégration dans le modèle MDB d’un processus axé sur les flux de travail dans l’immeuble. Ces avantages comprennent une meilleure collaboration, tous les ingénieurs travaillant sur le même modèle, une plus grande cohérence et une plus faible probabilité d’erreur humaine qui minimise les risques associés à la construction, et la capacité de suivre l’avancement de la conception et de surveiller en temps réel l’incidence de changements. Grâce au codage sur mesure, le modèle MDB permet également d’automatiser la préparation de rapports et l’ordonnancement du matériel, ce qui se traduit par des flux de travail beaucoup plus efficaces, une plus grande certitude concernant les coûts et l’échéancier et des produits livrables de plus grande qualité.

Oliver et Matt ont expliqué comment ils ont appliqué ce processus de flux de travail optimisé à la création d’un nouveau centre de données sur les lieux d’anciens bureaux dans un site trentenaire, un des deux projets auxquels nous travaillons actuellement pour une banque bien connue. Ce projet comprenait la création d’un modèle 3D complètement coordonné, qui intègre toute l’information des tiers, ainsi que de nouveaux processus automatiques comme la production de points de SGB (services de gestion des bâtiments) et d’ouvertures de travail (« builders work holes ») et l’ordonnancement automatique du matériel. « Même si les gens connaissent bien le modèle MDB en 3D, ce sont les possibilités d’optimisation et d’automatisation des flux de travail qui nous apparaissent comme étant la voie de l’avenir pour la conception, concluait Oliver. C’est un concept qui continuera d’évoluer au fil des projets. »

California Independent Systems Operator Iron Point Headquarters

Un modèle de refroidissement qui permet d’économiser des centaines de milliers de livres

Notre deuxième présentation, également par Oliver Titley, portait sur l’optimisation des conditions ambiantes pour les centres de données et une stratégie de contrôle que nous avons mise au point pour les centres de données refroidis à l’air. « Si la pratique actuelle est d’exploiter les centres de données dans des conditions chaudes afin de maximiser les heures de refroidissement gratuit, les effets délétères sur le matériel informatique ne sont bien souvent pas pris en compte, expliquait Oliver. 

Les centres de données fonctionnent en continu et, bien qu’il existe différentes approches de refroidissement, chacune présentant différents avantages, la différence entre la météo à l’extérieur et les conditions intérieures a une influence sur la consommation énergétique totale des systèmes. Les concepteurs qui tentent d’optimiser les paramètres d’efficacité énergétique de ces installations en ont rehaussé les températures intérieures aux dépens du matériel informatique, qui présente des niveaux de bruit accrus, des défaillances plus fréquentes, ainsi qu’une plus grande consommation énergétique pour la ventilation et, en fin de compte, pour les serveurs. Pour bien comprendre tous les impacts, nous avons développé un modèle qui démontre les avantages de la modulation de la température et de l’humidité relative intérieures en fonction de la température ambiante extérieure, ce qui réduit la demande électrique combinée totale pour le refroidissement et le matériel informatique. Notre stratégie de contrôle a été optimisée dans une simulation conçue pour en vérifier la robustesse et analyser la consommation énergétique annuelle. Nous avons ensuite utilisé ce logiciel de simulation privé pour valider des stratégies de contrôle pour différentes solutions dans différentes régions du monde, ce qui a permis de démontrer qu’il n’y a pas de solution unique, et les avantages qui en découlent sont énormes. Nous avons notamment découvert qu’il est possible d’économiser littéralement des centaines de milliers de livres par année par mégawatt en utilisant notre modèle. »