CAV - Desktop

Les véhicules perfectionnés comme les véhicules connectés et autonomes (VCA) feront leur entrée sur nos routes. La question n’est plus de savoir si cela arrivera, mais quand. Ils ont la capacité d’améliorer la sécurité, l’efficacité et la pérennité de notre société, et comportent de nouveaux défis et occasions. Alors que le transport et la mobilité sont sur le point de changer de paradigme, les organismes publics doivent prendre une nouvelle direction pour se préparer à cet avenir. Voici par quoi commencer.

 

Que sont les VCA et quelles sont leurs incidences?

Les véhicules connectés et autonomes sont le fruit de deux technologies distinctes et complémentaires : la connectivité et l’automatisation. Ces véhicules peuvent se connecter à un réseau et échanger de l’information entre eux et avec les infrastructures routières qui les entourent tout en automatisant certaines tâches associées à la conduite. La technologie évoluera certainement jusqu’à offrir un système de conduite entièrement automatisé.

Il peut être difficile d’imaginer en quoi les véhicules connectés et autonomes modifieront les besoins en infrastructures et nos habitudes de déplacement, mais ce qui est sûr, c’est qu’ils transformeront fondamentalement la mobilité telle que nous la connaissons aujourd’hui. Les nouveaux modèles d’affaires peuvent tirer profit des VCA en encourageant l’utilisation des services de partage de véhicule, et les améliorations en matière d’accessibilité et d’utilité de la technologie peuvent entrainer l’accroissement des longs trajets, des déplacements en véhicule à un seul occupant et de la demande de mobilité.

 

Quelles sont les leçons à retenir pour se préparer à l’utilisation des VCA?

Les véhicules connectés et autonomes présentent des défis et des occasions pour les organismes de transport publics. Ces véhicules sont conçus pour utiliser les infrastructures existantes, mais les organismes publics peuvent tout de même envisager d’adopter de nouvelles tendances. Il est important de planifier l’intégration des VCA aux routes publiques afin de tirer profit de leurs avantages et de gérer les risques liés à l’évolution du système de transport. Les décisions qui sont prises aujourd’hui en matière d’infrastructures, de planification et de politiques influenceront la façon dont cette technologie servira le public à l’avenir.

 

Cinq étapes clés pour se préparer à l’utilisation des véhicules connectés et autonomes

D’après le Plan de préparation aux VCA pour la région du Grand Toronto et de Hamilton (RGTH) et le corridor Kitchener-Waterloo sur lequel nous avons travaillé et les recherches et les entrevues que nous avons menées avec certains acteurs de l’industrie, voici cinq étapes clés stratégiques que les gouvernements et les organismes de transport publics peuvent suivre simultanément pour se préparer à l’utilisation des VCA :

1. Établir un cadre juridique, des règlements et des politiques favorables aux VCA

Les lois, la réglementation et les politiques restrictives peuvent freiner le développement et le test des technologies de VCA. Établir un cadre juridique, des règlements et des politiques favorables à l’utilisation des VCA permet de réduire les obstacles et d’orienter la croissance en matière d’innovation tout en maintenant un réseau de transport sécuritaire. Il s’agit :

  • d’établir un cadre juridique (semblable au règlement de l’Ontario sur les véhicules automatisés) qui ouvre la voie aux technologies de véhicules perfectionnées pour permettre aux véhicules autonomes de rouler légalement sur les routes, ce qui crée un environnement régulé favorable aux innovations tout en permettant de repérer des occasions d’amélioration et de gérer les problèmes;
  • de mettre en place des politiques pour tirer profit des VCA afin d’améliorer la sécurité du réseau, la gestion de la circulation, la gestion de la congestion et les opérations liées aux VCA;
  • de sensibiliser le public pour qu’il fasse confiance à la technologie des VCA et soit plus enclin à l’utiliser sur les routes et à tirer profit des nouvelles occasions de sécurité qu’elle offre.

 

2. Tenir compte des VCA et des nouvelles tendances en matière de mobilité dans les initiatives de planification de transport à long terme

Les VCA et les autres nouvelles tendances en matière de mobilité (p. ex. les applications de commande de taxi, le partage de véhicules et la micromobilité) peuvent transformer le secteur du transport et la mobilité urbaine. Lorsqu’ils en tiennent compte dans leurs initiatives de planification de transport, les organismes de transport sont plus à même de relever efficacement les défis et d’entrevoir des occasions d’optimiser l’utilisation de la technologie et de limiter ses effets négatifs. Cela permet de repérer les besoins en matière d’investissements et d’infrastructures tout en définissant les plans et les stratégies dont il faut tenir compte à l’avenir. Il s’agit de :

  • mettre à jour les plans directeurs en matière de transport pour inclure plus de renseignements détaillés sur les potentielles incidences que les VCA et les autres tendances en matière de mobilité peuvent avoir sur l’aménagement du territoire, les besoins en infrastructures et la prévision de la demande de transport;
  • mettre à jour les modèles relatifs à la demande de mobilité et les prévisions à long terme pour inclure des scénarios liés aux VCA ou aux services de mobilité, et tenir compte de nouveaux paramètres et de nouvelles hypothèses liés aux tendances émergentes en matière de transport.

 

3. Repérer les besoins en infrastructures numériques et physiques pour maintenir la sécurité du réseau de transport

Les organismes de transport publics sont chargés d’assurer la sécurité de l’ensemble du réseau de transport. On s’attend à ce que les VCA, dont le potentiel est énorme, rendent les transports plus sûrs et améliorent les flux de circulation, puisqu’ils peuvent interagir entre eux et avec les infrastructures qui les entourent. Or, les organismes de transport pourraient repérer les besoins liés aux VCA et offrir les infrastructures physiques et numériques nécessaires pour mieux appuyer leur utilisation. Il s’agit, entre autres :

  • de mettre en place des stratégies pour gérer les périodes de transition pendant lesquelles les modes de transport conventionnels et les VCA sont utilisés simultanément, tout en tenant compte de la performance du réseau dans le cadre des activités urbaines, rurales et d’autoroute;
  • d’appuyer la technologie « véhicule à infrastructure » (V2I) compatible pour tirer profit de ses avantages en matière de sécurité et répondre aux exigences physiques relatives aux infrastructures afin de garantir la sécurité des interactions entre les VCA, les piétons et les cyclistes. Les zones rurales doivent aussi être prises en compte, car le manque de couverture des réseaux pourrait restreindre la connectivité;
  • de maintenir la sécurité du réseau de transport en garantissant la mise en place des protocoles de sécurité nécessaires pour protéger les infrastructures connectées des cyberattaques.

 

4. Créer des stratégies pour gérer les grands ensembles de données tout en préservant la confidentialité des données des utilisateurs

Les VCA créeront de grands volumes de données et serviront de nouvelle méthode de collecte de données en transmettant constamment de l’information sur le fonctionnement des véhicules et sur l’environnement dans lequel ils se trouvent. Il est important d’adopter une structure de gouvernance de données cohérente et des protocoles clairs pour maintenir l’intégrité et la sécurité de l’information. Les principaux critères en matière de traitement, de gestion, de stockage, de partage et de confidentialité des données sont importants pour maintenir l’intégrité des données et optimiser leur utilisation potentielle. Cela permettra de mettre à disposition les renseignements nécessaires pour appuyer les besoins en matière de planification et de prise de décision.

 

5. Innover en matière d’occasions de collaboration, de financement et de partenariat

Les VCA changent les relations qui existent habituellement entre les fabricants, les utilisateurs et le secteur public. Il faut donc mettre en place d’autres moyens pour livrer et financer des projets. La collaboration entre les organismes de transport contribue grandement à harmoniser les stratégies et permet de financer conjointement des projets et de partager de l’information. Les partenariats entre les secteurs public et privé et les chercheurs peuvent entrainer la création de programmes pilotes efficaces et l’utilisation de différentes sources de financement (p. ex. des subventions, les Défis des villes intelligentes) afin de stimuler les innovations et la commercialisation. Les programmes pilotes peuvent couvrir divers domaines et ils allient souvent plusieurs efforts visant à tester différents aspects des VCA, comme :

  • faire en sorte que certaines routes publiques soient dédiées au test des technologies embarquées et sur route pour permettre aux fabricants de perfectionner leurs technologies et aux organismes de transport d’établir les stratégies dont ils ont besoin pour maintenir un réseau de transport sûr;
  • repérer les besoins physiques en matière d’infrastructures pendant les périodes de transition, tester l’utilisation de la technologie V2I pour améliorer la circulation et tester l’interaction des technologies des véhicules autonomes avec les piétons et les cyclistes;
  • tester la technologie des VCA et les infrastructures numériques connexes dans un environnement réel quand les conditions météorologiques sont mauvaises (ce point est important pour garantir la sécurité du réseau de transport en toutes saisons).

 

Authors

Chris Stogios
Ingénieur en formation, STI et planification des technologies
Canada
Geoff Knapp
Gestionnaire de projet principal, STI et planification des technologies
Canada

Révisé par Mara Bullock, gestionnaire nationale, STI et planification des technologies

 

Pour en savoir plus, veuillez consulter notre page sur les véhicules connectés et autonomes.

 


Plus sur ce sujet