Pouvons-nous utiliser le gaz naturel pour passer à une énergie plus propre?

L’avenir des centrales au gaz naturel est prometteur. L’évolution de la politique fédérale, l’économie favorable et un marché de l’énergie stable constituent une base solide permettant aux organisations qui produisent uniquement du gaz naturel d’en tirer profit et de devenir des producteurs d’énergie intégrée.

L’année dernière, le Canada a subi des conditions météorologiques extrêmes qui sont loin d’être habituelles. La Colombie-Britannique a vécu sa pire saison des incendies. Dans l’est, deux orages ont entraîné d’importantes inondations à Toronto. Montréal a connu des températures extrêmement chaudes, qui ont causé plus de 70 décès.

Les experts pensent qu’avec le réchauffement de la planète, nous pouvons nous attendre à voir davantage d’événements de ce genre – et les plus grands coupables sont les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’origine humaine. Et si nous pouvions réduire les émissions de GES, tout en maintenant une source d’énergie sécuritaire et stable?

 

Le paysage canadien

Le Canada est l’un des plus grands émetteurs de GES par habitant au monde, mais travaille à améliorer sa performance. Le gouvernement canadien a annoncé une réglementation visant à éliminer progressivement la production d’électricité à partir du charbon d’ici 2030, et le gaz naturel devrait jouer un rôle majeur dans cette transition. Il y a une raison évidente d’opérer ce changement : le gaz naturel est considéré comme une solution de rechange propre. Il brûle plus proprement que les autres combustibles fossiles et présente un rapport CO2-énergie inférieur à celui de la plupart des autres types de combustibles. En fait, il produit moitié moins de CO2 que le charbon.

Le graphique des capacités ci-dessous montre qu’on s’attend déjà à ce que le gaz naturel joue un rôle plus important dans l’économie énergétique du Canada, en passant de 15 à 22 % des besoins énergétiques totaux du Canada. Plusieurs prévisions présentées à l’Office national de l’énergie (ONE), de même que les analyses des facteurs externes par l’ONE, confirment cette augmentation. Ce changement sera d’autant plus important dans les provinces qui ont recours au charbon et/ou au pétrole.

 

Capacity mix by province and territory, 2014 and 2040

 

Selon ces projections, en 2040, 70 % de la production d’électricité en Alberta (contre 45 % en 2014) et 55 % de la production d’électricité en Saskatchewan (contre à 40 % en 2014) proviendra du gaz naturel. 

 

Avantages économiques 

Le passage à l’électricité générée par le gaz naturel n’est pas seulement une solution de rechange plus propre, son coût unitaire moyen relativement faible en fait également un choix attrayant.

Le coût total d’une centrale électrique comprend des coûts fixes et des coûts d’exploitation, comme indiqué ci-dessous : 

  • Coûts fixes : équipement, structures, acquisition de terrain, dépenses liées aux approbations réglementaires, ingénierie, approvisionnement, construction et mise en service de la centrale, etc.
  • Coûts d’exploitation : combustible, coûts de main-d’œuvre et d’entretien.

Le tableau ci-dessous compare les diverses technologies et leurs coûts. La technologie du gaz naturel a le coût moyen en capital le plus bas. La technologie est bien comprise et les projets comportent peu de risques pour ce qui est de l’obtention des approbations réglementaires et du fonctionnement.

Bien que les technologies éoliennes, solaires, nucléaires et hydroélectriques présentent les plus faibles coûts d’exploitation, elles sont plus exigeantes en investissement, car elles dépendent d’emplacements précis (p.ex., proximité d’une rivière adéquate, énergie solaire), occupent davantage de terrain (p.ex., centrales hydroélectriques) et nécessitent davantage d’approbations réglementaires en raison des dommages environnementaux potentiels (p.ex., hydroélectrique) ou des risques politiques (nucléaire).

 

Avantages supplémentaires

L’adoption du gaz naturel a d’autres effets positifs, y compris la production d’électricité grâce à des sources renouvelables. La plupart des sources d’énergie renouvelables sont par nature moins fiables, en raison de leur dépendance envers des processus naturels comme le débit des rivières et le rayonnement solaire. Pour maintenir un approvisionnement.

Les investissements dans l’électrification du gaz naturel devraient se solder par la stabilité des prix de l’électricité à l’avenir. Une étude menée par Hydro-Québec en 2018 montre que les prix moyens de l’électricité pour les consommateurs résidentiels et les grands consommateurs dans les principales villes canadiennes ont augmenté au cours des dernières années. Il s’agit d’une tendance à l’échelle nationale qui pourrait se poursuivre dans l’avenir.

 

Le pont vers une énergie plus propre

Nous croyons qu’en raison des mesures climatiques efficaces mises en place par le Canada et des facteurs économiques fondamentaux encourageants, il est possible pour les producteurs de gaz naturel de devenir des producteurs d’électricité et d’obtenir une plus grande marge sur le produit. Les avantages commerciaux potentiels sont considérables, et la contribution à une production d’énergie plus durable aura des effets largement positifs.

En plus d’être une source d’énergie plus propre, fiable et viable sur le plan économique, le gaz naturel favorise également le passage à des sources d’énergie plus renouvelables. Dans de bonnes conditions, le gaz naturel pourrait faciliter la transition entre le passé et l’avenir d’une énergie abordable et fiable.

Authors

Mayank Gupta
Gestionnaire de projet principal, Pétrole et gaz
Canada
Contactez
Petr Valo
Directeur de l’ingénierie, Pétrole et gaz
Canada
Contactez

Plus sur ce sujet