Réévaluer les besoins énergétiques du Canada

La consommation énergétique totale du Canada ne cesse de croître et nous devons trouver des moyens de répondre à ces nouveaux besoins. Nous avons déjà amorcé notre transition énergétique et, à l’avenir, nous nous tournerons encore davantage vers des sources d’énergie qui émettent moins de dioxyde de carbone. Comment pouvons-nous répondre aux besoins de consommation croissants en utilisant ces nouvelles sources d’énergie?

Le Canada est un grand pays riche qui présente des climats variés et dont les grandes villes sont éloignées les unes les autres, avec une population en pleine croissance. Il n’est donc pas étonnant que nous consommions beaucoup d’énergie. Nous sommes déjà le sixième plus grand producteur d’énergie au monde, et nous allons devoir en produire encore davantage.

D’après les projections, la population canadienne devrait croître rapidement au cours des vingt prochaines années et atteindre près de 50 millions d’habitants d’ici 2040. Pendant ce temps, l’économie canadienne devrait suivre la même tendance et enregistrer un taux de croissance annuel moyen d’environ 1,6 %. Même si la croissance de la demande énergétique devrait ralentir un peu, nous serons amenés à relever un défi de taille : celui de répondre aux besoins croissants en énergie en effectuant notre transition énergétique et en réduisant nos émissions de dioxyde de carbone.

 

Projections en matière de croissance de la population et du PIB

Energy Needs - Population and GDP 

 

Plus de consommation, moins d’émissions de carbone

Parallèlement à la croissance rapide de la population et du PIB, on s’attend à ce que la consommation énergétique totale augmente de 5 % d’ici 2040, surtout dans les secteurs commerciaux et industriels. Même si la hausse attendue peut sembler faible à première vue, une croissance de 5 % représente des dizaines de milliards de kilowattheures (kWh) d’énergie électrique par année en plus de ce que nous produisons déjà.

Pendant ce temps, le Canada se tournera vers des sources énergétiques plus durables et moins polluantes. Nous consommerons plus d’énergie issue du gaz naturel et de sources renouvelables et moins d’énergie issue de produits raffinés du pétrole et du charbon. Ces changements en matière d’approvisionnement et de production énergétiques contribuent grandement à notre transition vers des sources d’énergie qui émettent moins de dioxyde de carbone.

 

Projections en matière d’approvisionnement énergétique et de consommation énergétique totale au Canada

Energy Needs - Population and GDP

 

La production d’hydroélectricité est actuellement la principale source d’électricité du pays et devrait le rester au cours des vingt prochaines années. Elle constituait 55 % du marché en 2016. Les centrales au charbon, qui représentaient 7 % du marché en 2016, ne seront presque plus utilisées dans les vingt prochaines années. La transition vers des sources d’énergie électrique plus propres se fera au profit du gaz naturel et des sources d’énergie renouvelable. La production de gaz naturel devrait passer de 15 % à 21 % et les sources d’énergie renouvelables de 12 % à 19 %.

Même si le gaz naturel est plus propre que le pétrole, l’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta émet de moins en moins de dioxyde de carbone. De 2000 à 2016, les émissions de gaz à effet de serre produites par les activités liées aux sables bitumineux en Alberta ont chuté d’environ 29 % grâce, entre autres, à l’amélioration et à l’efficacité des technologies utilisées.

 

L’avenir du pétrole

Quelles incidences cette transition énergétique pourrait-elle bien avoir sur nos industries actuelles? En plus des importantes ressources naturelles qui sont disponibles au Canada, le secteur du pétrole et du gaz est en pleine expansion et les experts croient que ce secteur continuera à jouer un rôle essentiel dans notre approvisionnement énergétique à l’avenir. Jusqu’à présent, les producteurs énergétiques de l’ouest du Canada ont répondu à la demande énergétique des plus grands secteurs économiques de l’est du pays. En 2017, l’Ouest canadien a fourni à l’Ontario la majorité du pétrole brut dont il avait besoin et, depuis 2015, il approvisionne Montréal en pétrole brut grâce à l’oléoduc 9 exploité par Enbridge. L’Ouest fournit également du gaz naturel liquide et du pétrole brut partout au Canada et en Amérique du Nord.

Le secteur du pétrole et du gaz se prépare déjà à un avenir moins polluant. D’après les projections sur l’« évolution de la transition », qui considèrent que les politiques, les technologies et les préférences sociales évolueront conformément à leur trajectoire actuelle, on s’attend à ce que la demande mondiale en énergie augmente d’environ un tiers d’ici 2040. Le secteur du pétrole et du gaz canadien aura certainement un rôle à jouer pour répondre à cette demande à la fois au Canada et à l’étranger, tout en cherchant à réduire ses émissions de dioxyde de carbone.

L’Ouest canadien devrait être à même de répondre à la demande croissante en énergie électrique des générations à venir. Les réserves de pétrole du Canada représentent plus de 170 milliards de barils, dont 164 milliards peuvent être extraits des sables bitumineux en utilisant la technologie actuelle. Le potentiel d’exploitation des carburants non conventionnels dans la formation de Montney, en Alberta et en Colombie-Britannique, est estimé à 449 billions de pieds cubes de gaz naturel commercialisable, à 14 521 millions de barils de liquides de gaz naturel commercialisables et à 1 125 millions de barils de pétrole commercialisable. La formation Duvernay, qui se trouve à proximité, renferme 3,4 milliards de barils de pétrole brut léger commercialisable et de condensat de puits de pétrole ainsi que des ressources gazières commercialisables équivalentes à près de 25 ans de consommation annuelle au Canada.

 

Une approche équilibrée

Si le Canada poursuit sa transition énergétique en s’appuyant sur la richesse de ses ressources naturelles et en s’engageant à produire de l’énergie plus propre, il deviendra l’un des plus grands producteurs mondiaux d’énergie propre. L’abondance de l’hydroélectricité et le remplacement du charbon par des sources d’énergie renouvelable pour produire de l’électricité ont déjà grandement contribué à réduire les émissions de carbone du Canada. Cette tendance devrait se poursuivre à long terme. 

Néanmoins, les enjeux dans le secteur énergétique viennent du fait qu’il faut investir massivement dans la restauration des infrastructures vieillissantes et répondre à la croissance du marché. La réglementation des émissions de dioxyde de carbone dans le nord-est des États-Unis accentue les besoins en énergie propre, et le Canada a tout à gagner en renforçant ses exportations d’électricité provenant de sources non polluantes.

Dans le cadre de sa transition énergétique actuelle, le Canada doit adopter une approche équilibrée en développant à la fois ses ressources naturelles et en investissant dans les technologies des énergies renouvelables. Les ressources et les infrastructures qui permettent de produire de l’énergie propre sont essentielles à la qualité de vie et à la prospérité économique dont les Canadiens bénéficient aujourd’hui et souhaitent continuer à bénéficier à l’avenir.

Authors

Petr Valo
Directeur de l’ingénierie, Pétrole et gaz
Canada
Contactez
Mayank Gupta
Gestionnaire de projet principal, Pétrole et gaz
Canada
Contactez

Plus sur ce sujet