Comme la demande en transport ferroviaire continue d’augmenter à travers le monde, l’expertise de WSP en infrastructures de transport prépare les réseaux de transport ferroviaire et collectif à la mobilité durable. Les principaux acteurs du secteur font face à des enjeux plus complexes avec l’expansion des régions métropolitaines qui redéfinit le paysage des modes de transport. WSP est pionnière dans sa proposition de solutions systémiques adressant ces enjeux et maximise les opportunités favorisant le développement de transport ferroviaire.

Selon SCI Verkehr, une firme indépendante d'experts-conseils du secteur mondial des transports, le transport ferroviaire de marchandises et de passagers, ainsi que les réseaux de transport urbain, sont en croissance partout dans le monde depuis 2005. En matière de transport urbain et de passagers, on assiste à une évolution positive constante qui, selon toute attente, se poursuivra. La demande pour le transport ferroviaire est, en effet, particulièrement en hausse, en réponse aux besoins croissants des régions métropolitaines en rapide expansion. Selon les recherches menées par l'International Railway Research Board (IRRB, Office international de recherche ferroviaire) et l'International Union of Railways (IUR/UIC, Union internationale des chemins de fer), la demande pour les liens ferroviaires de longue distance, les changements démographiques et l'évolution des styles de vie continueront d'alimenter une telle expansion, de même que les avancées technologiques menant à des systèmes à haute efficacité énergétique pour le matériel roulant et les infrastructures. Les recherches de l'IRRB et de l'UIC prévoient une convergence vers un réseau ferroviaire mondial offrant un degré maximal d'interopérabilité, ainsi qu’un marché d’approvisionnement ferroviaire mondial.

Ceci étant dit, de nombreuses agences de systèmes de transport ferroviaire et collectif, partout dans le monde, se voient confrontées à d'énormes pressions pour consolider leurs infrastructures et améliorer leurs services. Celles-ci doivent y parvenir dans le contexte de la baisse des investissements publics, malgré la demande qui ne cesse de croître. Tous les acteurs concernés font ainsi face à des défis de taille pour mener à bien la réduction des coûts globaux et, simultanément, améliorer la fiabilité, la disponibilité et la maintenabilité des réseaux ferroviaires.

Tournés vers l'avenir, la clé de la prospérité à long terme réside dans la mobilité durable. Les composantes du transport collectif sont prédominantes, notamment la gestion des actifs, le transport actif, les technologies des véhicules connectés/autonomes, pour ne nommer que celles-ci. Comptant déjà de nombreuses années d'expérience dans l'avancement de ces domaines de connaissances, WSP continuera de développer son expertise dans les infrastructures de transport en commun, sur presque tous les continents. WSP a joué un rôle important dans le secteur du transport ferroviaire et collectif, depuis qu'elle a conçu le réseau du métro de New York au XIXe siècle. La firme offre un éventail complet de services de planification, de conception, d'ingénierie et de gestion pour tout le cycle de vie des projets de transport ferroviaire. L'expertise de WSP comprend également des services-conseils stratégiques pour les réseaux de trains à grande vitesse, les grandes lignes ferroviaires, ainsi que les projets de transport ferroviaire de passagers ou de marchandises.

Asie

Alimentés par la croissance économique et une urbanisation rapide, les investissements dans le secteur du transport ferroviaire et collectif vont se maintenir. Les autorités des transports ont prévu d'importants budgets pour d'ambitieux nouveaux projets, ainsi que pour des améliorations et des prolongements aux réseaux existants, que ce soit en Chine, à Hong Kong, à Singapour, en Malaisie ou en Thaïlande, notamment. 

L'intérêt pour le train à grande vitesse se maintiendra avec force. WSP est actuellement un partenaire du projet commun de Malaisie MyHSR et de l'Autorité du Transport terrestre de Singapour, apportant son soutien à la réalisation d'une ligne de train à grande vitesse de 350 km entre Kuala Lumpur et Singapour, qui devrait être terminée pour 2026. En Thaïlande, WSP a effectué l'étude de faisabilité et la conception définitive des projets de lignes de train à grande vitesse du Nord et du Nord-Est, pour le compte de l'Office of Transport and Traffic Policy and Planning (Bureau des politiques et de la planification du transport et de la circulation). La Chine continuera de jouer un rôle clé dans ce marché, en cherchant des moyens de soutenir les pays et les régions désireuses de construire des réseaux de trains à grande vitesse dans le cadre de l'initiative One Belt One Road, cette « nouvelle route de la soie ».

Du financement a aussi été mis en place pour le développement du réseau de transport collectif de Kuala Lumpur, en Malaisie. La réalisation de projets ferroviaires en Malaisie continuera donc de faire les grands titres et de susciter un intérêt mondial. La conception de base de la troisième ligne du MRT de Kuala Lumpur la Circle Line, longue de 40 km et majoritairement souterraine a commencé à la fin de 2017, tandis que la construction à grande échelle de la ligne 3 (LRT3) du réseau de train léger sur rail devrait démarrer sous peu. WSP a été nommée au rôle de consultant en systèmes ferroviaires pour les deux projets.

De même, en Thaïlande, le réseau de transport collectif de Bangkok fait l'objet d'améliorations, avec la construction de nouvelles lignes et d'un nouveau réseau de monorail, dans le but d'améliorer la connectivité et de régler les problèmes de congestion routière. Les investissements se poursuivront à Hong Kong et à Singapour pour étendre les réseaux et améliorer les systèmes des réseaux de transport collectif plus âgés.  

WSP poursuit son travail de soutien auprès des propriétaires, des exploitants, des investisseurs et des entrepreneurs, pour réaliser tous ces projets en Asie. 

Australie et Nouvelle-Zélande

On estime que les deux plus grandes villes d'Australie, Sydney et Melbourne, verront leur population doubler d'ici 2050, pour dépasser huit millions de personnes. Le plan « Smart Cities » du gouvernement australien met l'accent sur l'importance de la connectivité, modelant ainsi le paysage de l'investissement dans les transports ferroviaires et collectifs. Ce programme comprend la construction de deux réseaux de métro distincts, de plusieurs milliards de dollars, à Sydney et à Melbourne. Les lignes passeront en dessous des quartiers du centre-ville et des affaires, sévèrement congestionnés, et sous les ports et les cours d'eau. D'autres projets touchent au prolongement de réseaux existants de transport ferroviaire de passagers, de même qu'à l'amélioration de leur sécurité, par l'enlèvement de passages à niveau et l'aménagement de carrefours dénivelés. D'autres améliorations visent le rehaussement de la capacité des réseaux actuels, par la mise en œuvre des plus récentes technologies de signalisation, comme les systèmes CBTC (systèmes de commande communicants des trains) et ETCS (système européen de contrôle des trains). Les systèmes de train léger connaissent également une résurgence, avec deux nouvelles lignes à Sydney, et dans de plus petites villes dont Newcastle sur la Gold Coast, Canberra et Adélaïde.

À l'échelle nationale, l'Inland Rail Program, d'une valeur de 10,4 milliards de dollars, permettra la réalisation d'un lien ferroviaire de 1 700 km pour le transport de marchandises entre Melbourne et Brisbane. Ce projet engendrera une hausse de la capacité de transport et une réduction du coût et du temps de trajet entre les centres régionaux. Le projet est déjà bien entamé et les premiers lots de travaux seront octroyés aux entrepreneurs en 2018. Le gouvernement examine également la possibilité d'améliorations aux réseaux pour raccourcir les temps de trajet et offrir des solutions de transport plus rapides de la région vers les grandes villes, en réponse au phénomène de l'étalement urbain.

Le pays voisin, la Nouvelle-Zélande, devient lui aussi hautement urbanisé, principalement à Auckland et à Wellington. Le pays envisage pour l'avenir la construction de villes plus intelligentes. Cela inclut un nouveau réseau ferroviaire souterrain, en dessous du quartier central des affaires d'Auckland, pour régler le grave problème de congestion du réseau routier aux alentours. Un récent changement de gouvernement engendrera vraisemblablement une réorientation du financement, qui pourrait alors favoriser les projets ferroviaires au détriment des projets d'autoroutes. Des projets récents de reprise après sinistre, la maintenance régulière, le remplacement d'équipement désuet et les améliorations mineures constituent également des nécessités, qui requièrent du financement.

WSP travaille actuellement de diverses façons sur ces projets, avec des propriétaires, des exploitants et des constructeurs, qu'il s'agisse de métro, de trains de passagers ou de marchandises, de transport lourd ou d'implantation de nouvelles technologies ferroviaires. S'appuyant sur son expertise technique, ainsi que sur sa solide capacité de réalisation de projets et d'intégration des systèmes, WSP contribue à améliorer et à maximiser les retombées de ces projets, pour les collectivités et les clients, en créant des infrastructures de transport de calibre mondial.

Canada

Le gouvernement fédéral canadien maintient son engagement dans les dépenses d'infrastructures, prévoyant l'octroi d'un montant allant jusqu'à 3,4 milliards de dollars par l'intermédiaire du Fonds pour l'infrastructure de transport en commun. Ce fonds finance jusqu'à 50 % du coût admissible des projets de transport collectif, qui comprennent aussi les projets de réhabilitation des réseaux existants de transport en commun, la planification d'agrandissements et d'améliorations, l'amélioration de la gestion des actifs, ainsi que l'optimisation et la modernisation des réseaux. La Banque de l'infrastructure du Canada investira également 35 milliards de dollars en capitaux de démarrage versés par le gouvernement fédéral, dans le but de susciter des investissements privé-public dans un rapport de 4 pour 1, tandis que 5 milliards provenant du plan d'infrastructures Investir dans le Canada seront réservés aux projets de transport collectif. Le Fonds national des corridors commerciaux, récemment mis en place, offrira du financement allant jusqu'à deux milliards de dollars sur dix ans à l'industrie privée, les transporteurs ferroviaires étant admissibles. Ce Fonds financera jusqu'à 50 % des coûts admis.

VIA Rail, fournisseur national de transport ferroviaire interurbain de passagers, a entrepris un programme de renouvellement de sa flotte d'une valeur de1,3 milliard de dollars. VIA investira également jusqu'à trois milliards pour construire un nouveau corridor réservé reliant Toronto, Ottawa et Montréal. On s'attend à ce que ce projet fasse exploser de sept millions le nombre de passagers. Le ministère des Transports de l'Ontario  souhaite réaliser l'évaluation environnementale d'un projet potentiel de ligne de train à grande vitesse entre Toronto et Windsor, en Ontario, d'un coût total de 20,9 milliards de dollars. Tous ces projets requièrent le type d'expérience et de compétences qu'offre WSP, incluant notamment les services de planification, d'études environnementales, de conception et de gestion de construction. Comptant sur une solide présence dans tout le Canada, WSP entrevoit un avenir prospère pour la continuité et le développement de notre secteur du transport ferroviaire et collectif.

Moyen-Orient

En dépit d'importantes réductions des investissements dans les projets d'immobilisations au Moyen-Orient, en raison de la chute des prix du pétrole, la région s'ajuste et de nouveaux projets voient le jour. Parmi ceux-ci, on décèle des signes d'une nouvelle volonté gouvernementale d'investir dans des projets d'infrastructures ferroviaires, particulièrement dans des services de passagers dans les grandes villes régionales. Les grands projets de conception-construction de métros à Riyad, Doha et Dubaï vont se poursuivre jusqu'à la fin, mais des projets proposés à La Mecque, Médine, Djeddah, Koweït et Abu Dhabi ont été mis sur la glace. Les gouvernements envisagent des options de financement privé pour la livraison de ces projets.

Les agences de transport gouvernementales sont en train de publier un certain nombre d'appels d'offres de planification et de conception visant une réévaluation de la portée des projets ferroviaires. Il y a un intérêt renouvelé pour le transport ferroviaire comme moyen de desservir une classe moyenne émergente dans la région, axé sur l'utilisation de la technologie et sur un meilleur rapport qualité-prix. WSP continue de se trouver au cœur de la réalisation des projets de transport dans la région et se tient prête à offrir son expertise pour l'avancement de projets qui embrassent ces nouvelles technologies. La participation de WSP dans des projets de transport ferroviaire et collectif au Moyen-Orient s'étend aux projets suivants : les métros de Doha, de Dubaï et d'Abu Dhabi, le système de navettes automatisées d'Education City, au Qatar, le système de navettes de l'Aéroport international Al Maktoum, le tramway du centre-ville de Dubaï et le système de transport en commun automatisé par cabines à grande capacité de l'île Bluewaters.

Afrique du Sud

Le secteur du transport ferroviaire et collectif fait face à de nombreuses difficultés en Afrique du Sud, dont un déclin de la part détenue par le chemin de fer dans le marché du transport en commun. Les conditions du marché sont très turbulentes en ce moment, mais le Plan national de développement prévoit des investissements majeurs dans le domaine du transport collectif urbain d'ici 2030. Les investissements massifs faits dans le matériel roulant au cours des dernières années ont grevé le budget des réseaux ferroviaires sud-africains qui ne disposent plus de suffisamment de capital pour investir dans les infrastructures. À cause de cela, on n'entrevoit aucun nouveau projet ferroviaire pour plusieurs années à venir.

Le marché du transport ferroviaire de passagers a connu de grandes lacunes dans son histoire et demeure incapable d'offrir un service fiable à la clientèle potentielle, tandis que le marché du transport routier de passagers connaît une activité soutenue. Le marché du transport ferroviaire de marchandises a lui aussi perdu des plumes en raison de l'efficacité des moyens de transport routiers. Le transport routier, bien qu'il ne soit pas idéal en raison de ses coûts plus élevés en matière de transport, de sécurité et d'encombrement de la circulation, a progressé pour devenir aujourd'hui une importante industrie. Conséquemment, tout investissement futur dans des infrastructures ferroviaires, pour le transport de marchandises ou de passagers, devra tenir compte de ces subtilités, d'un statu quo possible du transport routier. 

Bien que l'État ait par le passé assuré les services de transport ferroviaire de passagers en Afrique du Sud, le nouveau réseau de train à grande vitesse Gautrain a été réalisé par l'intermédiaire d'un partenariat public-privé. WSP a fourni les services d'examen de conception par un tiers indépendant pour les aspects du génie civil et des structures du Gauteng Nerve Centre (GNC), un centre de commande à la fine pointe de la technologie qui permet une gestion centralisée de l'information sur les passagers dans tout le réseau de la Passenger Rail Agency of South Africa (PRASA) dans la province de Gauteng. De nouveaux modèles de partenariats stratégiques pourraient être mis à profit pour servir les objectifs économiques d'Afrique du Sud, comme le développement des marchés de fournisseurs, la formation,  l'exposition aux technologies de niveau plus avancé, le développement de la jeunesse et l'achat local.

La capacité du pays de concevoir, réaliser et financer de grands projets d'infrastructures au moyen de partenariats public-privé demeure peu développée, surtout en raison du besoin d'obtenir le soutien des syndicats. La confiance des entreprises dans l'aptitude du gouvernement à réaliser des grands projets d'infrastructures demeure faible. 

Royaume-Uni

Le nombre de passagers de trains a atteint un sommet historique au Royaume-Uni, et selon les projections actuelles, ce nombre devrait doubler d'ici les 30 prochaines années. Le gouvernement du Royaume-Uni s'est en conséquence engagé à investir 83 milliards de dollars (CAD) entre 2019 et 2024, pour rénover et entretenir le réseau ferroviaire. La phase 1 du projet de 96 milliards de dollars de la ligne de train à grande vitesse HS2, reliant Londres et Birmingham, vient d'être approuvée. On prévoit obtenir en 2022 l'approbation de la phase 2, qui reliera Londres à Manchester et à Leeds. La ligne Elizabeth qui traverse Londres, et porte aussi le nom de Crossrail 1, devrait entrer en service en 2018. La planification de Crossrail 2 est également en cours, en réponse aux prévisions selon lesquelles la population londonienne croîtra d'un million d'habitants d'ici 2020.

WSP fournit des services d'ingénierie ferroviaire pour la conception du système de la phase 1 de HS2, et continuera de fournir des services similaires au cours des phases 2a (entre Birmingham et Crewe) et 2b (de Crewe à Manchester. La firme a fourni des services multidisciplinaires à Network Rail, de la planification de construction par lots jusqu'au plan conceptuel, pour voir à ce que l'emblématique gare de London Bridge ouvre à la date prévue. Notre équipe consacrée à la conception de gares travaille aussi à ce que les stations de Crossrail 1 et les gares Euston et Manchester de la ligne HS2 deviennent de véritables plateformes de correspondance de l'avenir. Tandis que l'industrie ferroviaire du Royaume-Uni continue de se démarquer comme un foyer d'innovation, WSP recrute en nombres record des professionnels spécialisés de grand talent.

La ligne de train à grande vitesse HS2, Royaume-Uni

Allemagne

En tant que pays exportateur, où la haute technologie et les transports en commun occupent une grande place, l'Allemagne dépend fortement du bon fonctionnement de ses réseaux de transport de passagers et de marchandises. Deutsche Bahn, la compagnie de chemin de fer allemande, transporte plus de 5,5 milliards de passagers chaque jour et environ 596 000 tonnes de marchandises. Deutsche Bahn effectue chaque jour plus de 40 000 trajets de trains sur son réseau ferroviaire moderne de plus de 33 300 kilomètres, en plus de gérer 5 681 gares.


Suivant l'adoption du Plan fédéral d'infrastructures de transport 2030 (FTIP), en 2016, 112 milliards d'euros seront octroyés pour les infrastructures ferroviaires fédérales, y compris pour des projets ferroviaires de première priorité.

L'entente de rendement et de financement (LuFV II) conclue entre Deutsche Bahn AG et le gouvernement fédéral allemand constitue le fondement d'une réhabilitation et d'une modernisation complètes du réseau ferroviaire, comprenant les voies, les systèmes de signalisation et de télécommunication, l'électrification des voies et les systèmes d'alimentation par caténaire, ainsi que l'équipement nécessaire pour les ateliers et la modernisation des gares. Cette entente prévoit quelque 28 milliards d'euros pour la période actuelle de financement, allant de 2015 à 2019. Déjà, en 2018, le gouvernement fédéral allemand et Deutsche Bahn AG entament les négociations en vue de la prochaine entente de rendement et de financement (LuFV III), afin d'être prêts pour assurer un financement continu des projets pour une période allant cette fois jusqu'en 2024, et qui vise apparemment un volume de projets de 20 % supérieur.

 

Au cours des 30 dernières années, WSP a joué un rôle important dans la planification et l'ingénierie de projets ferroviaires en Allemagne et en Europe. L’expérience de longue date de la firme dans ce secteur de marché nous permet de participer aux projets ferroviaires de grande priorité des années à venir, comme l'amélioration et les nouvelles constructions de la ligne de train à grande vitesse entre Karlsruhe (Allemagne) et Bâle (Suisse), et de la ligne de train à grande vitesse de Nuremberg à Erfurt.

États-Unis

Bien qu'un nombre croissant de décideurs, aux États-Unis, appuient une augmentation des investissements dans le transport collectif afin de parvenir à un développement plus durable et à une plus grande mobilité urbaine, il n'y a eu aucune hausse récente du financement fédéral, qui reste gelé aux niveaux de 2016, du moins dans un avenir prévisible. Pourtant, le pays continue de subir une demande du public pour des investissements en transport ferroviaire et collectif, et le financement du transport en commun continue de croître à l'échelon local. Puisqu'un plus grand contrôle des politiques se trouve exercé par les gouvernements des villes, des comtés et des états, l'accent demeure principalement mis sur les modes de financement novateurs et les partenariats public-privé.

En plus, certaines mesures locales soumises au vote citoyen en 2016 insuffleront des taxes directement dans les dépenses d'infrastructures. La plus importante de ces mesures, la Mesure M, a été adoptée à Los Angeles et elle générera des investissements de 1,4 milliard de dollars en transport au cours des 40 prochaines années. Considérant l'augmentation escomptée de la population américaine, qui gagnera quelque 80 millions de personnes d'ici 2050, une croissance rapide de modes de transport collectif émergents, comme les services rapides par bus, viendra compléter l'expansion continue du train léger. WSP est bien positionnée pour tirer profit des occasions découlant de ces tendances, d'abord grâce à sa présence locale dans les marchés de partout aux États-Unis, puis en raison de son expertise approfondie du domaine, et aussi par les ressources mises à la disposition de nos clients, qui font des investissements essentiels dans le transport ferroviaire et collectif.

Purple Line, Maryland, États-Unis