Torre Mayor, Mexico

Les édifices de grande hauteur dans des zones propices aux tremblements de terre doivent respecter les mêmes normes de sécurité, de confort et de constructibilité que les édifices partout ailleurs, mais les défis à relever sont tout autres.


Emplacement

  • Mexique

Secteurs

  • Commerce de détail
  • Commerces et Expositions
  • IGH ET BUREAUX
  • Voir tout

Service

Client

  • ICA Reichmann Torre Mayor

Statut

  • Achevé en 2003

Architecte

  • Zeidler Partnership Architects, Adamson Associates Architects

Le Mexique est l'un des coins du monde les plus exposés aux séismes, et il ne s'était pas écoulé une décennie après le terrible tremblement de terre de 1985 lorsque WSP a amorcé la conception structurelle de Torre Mayor, dans la ville de Mexico. Mesuré à 8,1 sur l'échelle de Richter, ce séisme a été une véritable catastrophe dans la région et causé la mort d'au moins 10 000 personnes.

« Nous avons toujours gardé en tête la conviction que nous devions franchir une nouvelle étape sur le plan technologique, » affirme Ahmad Rahimian, directeur des structures de bâtiment chez WSP aux États-Unis. La solution novatrice qu'il a utilisée, pour laquelle il détient un brevet américain, fait appel à des technologies militaires déclassifiées au cours des années 1980. « Nous avons créé un système similaire aux amortisseurs de chocs dans une voiture, explique-t-il. Ils sont répartis à divers endroits autour de l'édifice de façon à agir comme les muscles sur un squelette. Beaucoup de gens se sont posé des questions, mais les essais ont montré que cette solution était préférable à de nombreuses autres qui étaient disponibles à l'époque et qui le sont même encore aujourd'hui. »

 Achevée en 2003, Torre Mayor, avec ses 55 étages, reste l'édifice le plus élevé du Mexique. Inutile de dire que plusieurs séismes importants ont secoué la ville depuis. «  Un jour, le client m'a téléphoné pour me dire que la nuit précédente, il y avait eu un tremblement de terre d'intensité 7,6 sur l'échelle de Richter, se rappelle Ahmad Rahimian. Il y avait 200 personnes dans l'édifice, mais nous ne l'avons appris que lorsque les gens ont commencé à recevoir des appels de leurs proches qui s'inquiétaient et voulaient savoir si tout allait bien. Personne n'a rien ressenti. »