Les 10 meilleures villes en matière d’énergie

La fiabilité et la stabilité des réseaux électriques font partie des préoccupations majeures des villes, et ce, pour plusieurs années encore. 

Dans notre Indice mondial des villes WSP: Portrait des villes, l’approvisionnement énergétique est considéré comme un domaine à haut risque, car il nécessite l’alignement des gouvernements, l’adhésion de l'industrie, une politique bien définie et des objectifs réalisables.

La production et la distribution d’électricité sont par ailleurs également étroitement liées aux émissions de gaz à effet de serre et ont donc un impact sur les stratégies de lutte contre le changement climatique des villes, ainsi que sur la santé des résidents.

La mise en œuvre réussie de nouvelles stratégies pour répondre à la demande croissante en énergie, tout en relevant les défis liés à la résilience, à la fiabilité et à la sécurité, exige créativité et innovation technique. Tout cela nécessite un leadership engagé et une prise de décision efficace. Découvrez dix villes qui ont mis en place des politiques concrètes pour assurer un avenir branché à leurs citoyens.

10. Stockholm

Note: 6.3 / 10. Environ 80% de l'énergie utilisée pour le chauffage à Stockholm provient de systèmes de distribution de chauffage urbain (eau chaude dans des tuyaux isolés), et 15% de l'électricité. La consommation d’énergie de la ville reste inchangée, même si la population augmente.

Malgré tout, une utilisation plus efficace de l’énergie et une utilisation accrue des sources d’énergie renouvelable sont nécessaires pour réduire l’effet de serre produit dans la capitale suédoise.

Stockholm a élaboré une stratégie climatique et énergétique afin de réduire son impact sur l’environnement, et vise à devenir exempte de combustibles fossiles d’ici 2040. En ce qui concerne l'efficacité énergétique des bâtiments, l'objectif est de rendre la consommation d'énergie plus efficace de 20% en 2020 par rapport à 2008. Pour la production d'énergie, l'objectif est de réduire les émissions de 30% par citoyen en 2020 (par rapport à 2005), et de 40% en 2030.

Lire le rapport complet - Stockholm (en anglais)

9. Dubai

Note: 6.4 / 10. La Dubai Electricity and Water Authority (DEWA) est le fournisseur exclusif de services d’électricité à Dubaï. L'un de ses principaux objectifs est de soutenir le plan Dubaï 2021 en faisant la promotion du développement durable, entre autres en utilisant efficacement l'énergie et en investissant dans des sources d'énergie alternatives. 
D'ici 2030, DEWA vise à produire 71% de sa production totale d'électricité à partir de gaz naturel, 12% de nucléaire, 12% de charbon épuré et 5% de sources d'énergie renouvelables. Durant la même période, l’organisme espère que la demande en énergie diminuera de 30%. 

DEWA a également un rôle à jouer pour aider à faire de Dubaï la ville la plus intelligente du monde en trois ans grâce à trois programmes novateurs: 

  • Installation de panneaux solaires photovoltaïques sur les maisons et les bâtiments afin de générer de l'électricité à utiliser sur place ou à réinjecter dans son réseau 
  • Fournir des compteurs intelligents permettant des lectures automatiques et détaillées, permettant aux clients de surveiller leur consommation réelle et de gérer les factures. 
  •  Mise en place d'infrastructures de véhicules électriques et de bornes de recharge autour de la ville.
 
Lire le rapport complet - Dubai (en anglais)

8. Manchester

Note: 6.5 / 10. Manchester entend devenir une ville zéro carbone d'ici 2050, et s’est dotée d’un fonds d'investissement de 26 millions de dollars canadiens pour y arriver.

Le projet Triangulum, qui vise à développer des solutions intelligentes, à faible émission de carbone et à économie d'énergie, a par ailleurs obtenu un financement de l'Union européenne.

La ville de Manchester vise à faciliter l'utilisation accrue de technologies à faibles émissions de carbone, décentralisées et renouvelables, mais aucun plan d’action n’a pas encore été détaillé. La ville a également élaboré des stratégies visant à maximiser les possibilités d'approvisionnement en énergie à partir de sources renouvelables.

Lire le rapport complet - Manchester (en anglais)

7. Londres

Note: 6.8 / 10. Le maire de Londres s’est fixé pour objectif que le quart de l’énergie provienne de sources décentralisées d’ici 2025. Pour y arriver, la ville s’est dotée d’un plan d’action à trois volets : l’identification des opportunités énergétiques, leur mise en œuvre par le biais du système de planification et la commercialisation d'un marché de l'énergie décentralisé.

Malgré ce cadre politique, la réglementation n'est pas favorable, car les réseaux de transport et de distribution imposent des redevances d'accès relativement élevées, ce qui réduit la viabilité des programmes d'investissement.

Le nouveau plan de Londres prévoit un recentrage sur la production d'énergie autour des pompes à chaleur (y compris l'utilisation de sources de chaleur secondaires) et l'abandon du chauffage au gaz. Cette approche augmenterait la production locale des citoyens et des entreprises, et réduirait la pollution atmosphérique et les émissions de CO2.

Lire le rapport complet - Londres (en anglais)

6. Toronto

Note: 6.8 / 10. La ville de Toronto s'est engagée à atteindre un ensemble ambitieux d'objectifs de réduction de la consommation d'énergie et de GES à l'échelle de la ville, notamment une réduction des émissions de GES de 80% d'ici 2050 (par rapport aux niveaux de 1990).

La ville s'est également engagée à augmenter la production d'énergie locale et renouvelable. De plus, une directive visant la conception de bâtiments capables d’intégrer un système de distribution de chauffage urbain a été élaborée à l’intention des promoteurs et des propriétaires de bâtiments, des architectes et des ingénieurs. La ville a d’ailleurs identifié près de 30 sites susceptibles de prendre en charge de nouveaux systèmes de distribution (généralement de l’eau chaude, de la vapeur ou de l’eau refroidie acheminée par une centrale).

Plusieurs initiatives de réseau intelligent et de compteurs intelligents sont menées par le secteur privé. La ville a aussi lancé une initiative énergétique de district qui reposera sur des contrôles intelligents.

Lire le rapport complet - Toronto (en anglais)

5. Vancouver

Note: 7.0 / 10. Avec son objectif de 100% d'énergie renouvelable d'ici 2050, la ville poursuit ses efforts pour développer les réseaux d'énergie de quartier. L’une des priorités jusqu’en 2020 est de développer quatre nouveaux systèmes de distribution de chauffage urbain, de convertir deux systèmes existants en énergies renouvelables, et de mettre en œuvre une stratégie en matière d’énergies renouvelables.

Depuis cinq ans, Vancouver mise sur les énergies renouvelables et vise à réduire l’apport énergétique des combustibles fossiles. La ville, de même que la province de la Colombie-Britannique, a créé de nombreuses possibilités de financement et de soutien pour la production d'énergie propre, l'utilisation de l'énergie propre au niveau résidentiel et commercial, et l'innovation en matière de technologies d'énergie propre.

L'adoption d'une infrastructure de réseau intelligent est brièvement abordée dans la stratégie pour les villes renouvelables. Cependant, les plans et le financement pour cela n'ont pas encore été définis.

Lire le rapport complet - Vancouver (en anglais)

4. Washington DC

Note: 7.0 / 10. DC cherche à moderniser les systèmes de production et de distribution d'énergie afin d'atteindre ses objectifs en matière de changement climatique, établis dans le plan de développement durable de 2013.

Bien que le district n'ait pas d'objectif formel de sécuriser 100% d'énergie renouvelable d'ici 2050, le plan Clean Energy DC met la table pour un avenir sans carbone avec des recommandations intéressantes, qui ne sont toutefois pas encore financées.

Le plan Clean Energy DC stimule le secteur de l’énergie renouvelable et recommande plus d’efforts de révision de la réglementation et de planification stratégique. Cela comprend l’élaboration d’une stratégie sur l’énergie solaire, d’une plateforme centralisée d’information et de commerce sur l’énergie solaire, d’une stratégie énergétique pour les microréseaux à l’échelle de quartiers, ainsi qu’une étude sur le chauffage par combustibles fossiles.

Lire le rapport complet - Washington (en anglais)

3. New York

Note: 7.3 / 10.  L’approvisionnement en électricité de New York compte parmi ceux qui produisent le moins de carbone aux États-Unis, la production d’énergie nucléaire et hydroélectrique répondant à la moitié des besoins. L'objectif officiel est d'atteindre 50% d'énergie renouvelable d'ici 2030.

La Ville et ses fournisseurs ont soutenu des initiatives pour améliorer l’efficacité énergétique, augmenter le recours à l’énergie renouvelable et réduire les émissions de gaz à effet de serre.

La New York Power Authority et Con Edison sont par ailleurs des leaders dans les réseaux de distribution d’électricité intelligents. D’ici 2022, cinq millions de compteurs intelligents supplémentaires devraient être installés. À cela, s’ajoutent les efforts d’investisseurs privés qui misent sur le stockage de l’énergie pour garantir la fiabilité des réseaux et l’utilisation de services électriques auxiliaires.

 

Lire le rapport complet – New York (en anglais)

2. Édimbourg

Note: 7.3 / 10Le plan d’action d’Édimbourg en matière d’énergie durable (Sustainable Energy Action Plan) entend répondre, au moyen d’énergies renouvelables, à 30 % de la demande énergétique globale.

Plusieurs projets d’énergie renouvelable sont financés, entre autres les projets solaires de l’Edinburgh Community Solar Co-operative, et le projet SolarPV d'Edinburgh Community Solar Cooperative, qui cible 25 bâtiments communaux. Ce projet permettra d’évaluer des sites potentiels pour les fermes solaires, notamment pour une application à grande échelle de PV pour les stationnements, et d’évaluer des systèmes de production combinée de chaleur et d’hydrogène installés à six endroits.

Le conseil a également mis en place Energy for Edinburgh, qui sera responsable d’importantes initiatives en matière d’énergie, y compris le Sustainable Energy Action Plan.

Lire le rapport complet – Édimbourg (en anglais)

1. San Francisco

Note: 7.4 / 10. La Californie est un chef de file en matière d’énergies propres, et San Francisco est au cœur des plus récents développements. D’ailleurs, la ville cherche à soutenir les technologies émergentes de production énergétique.

Le plan consiste à répondre à 100% de la demande en électricité avec de l'énergie renouvelable d'ici 2023. Pour atteindre ces objectifs, la ville aura besoin d'une politique publique, de mécanismes de suivi, de financement, ainsi que d'une sensibilisation du public.

  • Améliorer l'efficacité énergétique pour réduire la demande totale
  • Augmentation de la production décentralisée renouvelable dans les villes afin de réduire le besoin d’énergie verte importée
  • Fournir à tous les clients de San F une option d'achat d'énergie renouvelable à 100%.

 

Lire le rapport complet – San Francisco (en anglais)

Plus sur ce sujet