La conception des intersections, carrefours, échangeurs, embranchements ou carrefours giratoires, peut grandement améliorer la circulation, accroître la sécurité et réduire les émissions de gaz carbonique. 


Secteurs

  • Véhicules connectés et autonomes
  • Routes et autoroutes
  • Voir tout

Service

  • Transport actif
  • Gestion des actifs routiers et optimisation des réseaux de transport
  • Conception de routes et d’autoroutes
  • Voir tout

Carrefours non traditionnels

Les carrefours non traditionnels peuvent doubler la capacité, pour un même nombre de voies, comparativement aux concepts classiques. Les concepts non traditionnels (à l'exception des carrefours giratoires) reposent sur le principe de réduire à deux le nombre de phases des feux de signalisation. Cela permet à tout le flux de véhicules de la route principale de se mouvoir la moitié du temps, et au flux de véhicules de la route transversale de se déplacer lui aussi pendant l'autre moitié du temps.

Cette méthode contraste fortement avec les pourcentages de temps pendant lesquels les flux de véhicules ont la permission de circuler aux carrefours traditionnels, dont les feux fonctionnent en huit phases.

Voici des exemples de carrefours non traditionnels :

  • Carrefours giratoires
  • Échangeurs urbains à point unique (SPUI)
  • Intersections à quadrant
  • Carrefours à flux continus (CFI)
  • Carrefours à flux parallèles (PFI)
  • Superstreets (virage en J)
  • Intersections à virage en U au terre-plein (MUT)
  • Échangeurs « à l'indonésienne » (DDI)
  • Nœuds papillon (bowties)
  • Échangeurs en losange à virage à gauche déplacé (DLT)
  • Échangeurs à flux parallèles.

Une meilleure circulation occupe moins de terrain

Si une plus forte proportion de véhicules se déplace pendant une plus grande portion du temps, cela signifie qu'il faut moins de voies pour permettre la même circulation que dans un aménagement classique. Le besoin de voies additionnelles étant ainsi réduit, la construction de l'échangeur requiert une moins grande emprise de terrain. Résultat : les coûts de construction des intersections non traditionnelles sont beaucoup moindres.

Une meilleure conception améliore la sécurité routière

En plus d'accroître la capacité et de réduire les coûts, les intersections non traditionnelles sont considérées comme plus sécuritaires, notamment en raison de leur moins grand nombre de points de conflit. Les points de conflit ont toujours servi d'indicateurs du degré de sécurité (moins de points de conflit correspondant à une plus grande sécurité).

Les géométries traditionnelles des carrefours comptent généralement 32 points de conflit, tandis que la plupart des formes non traditionnelles en ont 16. De la même façon, un échangeur en losange classique présente 30 points de conflit, tandis qu'un modèle d'échangeur non traditionnel n'en montre que 16.

Des arrêts moins fréquents causent moins de pollution

De nombreuses régions du pays ne réussissent pas à atteindre leurs objectifs de qualité de l'air. Parce qu'ils comportent des feux de signalisation à deux phases, les carrefours non traditionnels permettent à davantage de véhicules de se déplacer dans une période de temps donnée. Ils sont ainsi plus efficaces que les systèmes classiques à phases multiples, qui occasionnent plus de temps d'attente, avec le moteur au ralenti, avant que le signal ne tourne au vert.

Selon des modèles réalisés sur VisSim, la pollution atmosphérique peut être réduite de 25 % à 30 % (selon le polluant et pour un même débit de circulation), grâce à des concepts non traditionnels de carrefour, par rapport aux configurations classiques.

En général, donc, les aménagements non traditionnels sont gagnants sur toute la ligne lorsqu'on les compare aux classiques. Ils offrent :

  • Une plus grande capacité pour un même nombre de voies
  • Une conception plus sécuritaire, présentant moins de points de conflit
  • Une réduction de la pollution atmosphérique
  • Des aménagements aux coûts inférieurs.

WSP en action

WSP est fière d'offrir ces solutions avantageuses à ses clients. En Caroline du Nord (États-Unis), l'aménagement de superstreets a permis d'écourter les temps de déplacement de 20 %, de réduire le nombre de collisions de 56 %, en plus de diminuer de 63 % le nombre de blessures et de décès. Dans le cas du projet d'amélioration de l'embranchement de la route A19/A1058 à l'endroit de Coast Road (Royaume-Uni), notre principal objectif était de soulager la congestion en modifiant le trajet de la A19 pour la faire passer au niveau inférieur du carrefour dénivelé. Grâce à une approche rigoureuse d'ingénierie de la valeur et à une gestion pointue du risque, nous avons réussi à obtenir une réduction notable, de 25 %, des coûts d'immobilisations.