53w53, New York

La tour 53W53, auparavant appelée la tour du MoMA (ou Torre Verre), ne se contente pas d'être super-mince, elle est aussi une véritable œuvre d'art – comme il sied à un édifice surplombant le Museum of Modern Art de New York et qui, par ailleurs, accueillera 50 000 pi2 d'espace muséal dans ses premiers étages.


Emplacement

  • New York, États-Unis

Secteurs

  • Immeubles de grande hauteur
  • Culturel
  • Résidentiel
  • Voir tout

Service

  • Ingénierie structurale
  • Mécanique, électrique et plomberie
  • Voir tout

Client

  • Museum of Modern Art; Hines/Goldman Sachs

Statut

  • Under Construction

Architecte

  • Ateliers Jean Nouvel; SLCE Architects


S'élevant avec grâce jusqu'à une hauteur de 1 050 pieds (320 m) au-dessus du Midtown, elle s'affine doucement en pointe vers le haut. Des lignes diagonales, tracées semble-t-il au hasard, parcourent librement la façade, se reflétant dans la géométrie unique de chacun des 139 appartements.

Engineering 53W53- Exterior View

Ces treillis diagonaux, toutefois, ne servent pas uniquement d'ornement. Car la minceur du bâtiment ne laisse aucune place à des structures superflues. Un béton à haute performance et une armature d'acier serviront à la construction du noyau (un mur de contreventement), mais la façade a également un rôle important à jouer dans la structure.

Cela représentait un défi intéressant pour l'équipe d'ingénierie, d'autant plus que l'architecte Jean Nouvel tenait fermement à ce que la complexe façade de l'immeuble soit l'expression véritable de la structure sous-jacente. « Normalement, c'est nous qui dictons l'emplacement des poteaux, mais là c'était le contraire », explique Gustavo Oliveira, vice-président de WSP à New York. « Nous ne pouvions pas non plus ajouter de treillis diagonaux, il nous fallait reproduire le design de la façade. Alors ça a été un processus itératif avec l'architecte. Nous n'avions jamais abordé la conception d'un immeuble de cette façon auparavant. »

L'autre caractéristique inusitée des treillis diagonaux de la tour 53W53 se situe dans leur matériau de fabrication. D'après le concept initial de Nouvel, cette structure devait être construite en acier. Toutefois, la hauteur de plancher à plancher, avec une structure d'acier, aurait imposé de trop grandes limitations au nombre d'étages. WSP a donc cherché à recréer la même esthétique, mais avec du béton. « C'est la première fois qu'une structure à treillis diagonal de cette envergure et de cette complexité est réalisée en béton, remarque Oliveira. »

 

Hauteur
320 m
appartements
139
espace muséal
4645 m2

Mise à part la complexe gymnastique structurale, l'équipe a aussi passé beaucoup de temps à étudier comment réaliser, concrètement, la construction de la tour 53W53. En raison de sa complexité, les travaux dureront plus de cinq ans, soit environ le double du programme de construction d'un édifice à l'architecture plus classique. L'un des plus grands défis techniques consistait à concevoir les nœuds de la structure, où viendraient se joindre les différents éléments structuraux. Il fallait faire tenir le renforcement de sept ou huit éléments dans un même nœud. De plus, le béton devait pouvoir couler librement, pour tout englober et former un joint solide. L'équipe d'Oliveira a travaillé en étroite collaboration, non seulement avec l'architecte, mais aussi avec l'équipe de construction, incluant la réalisation d'un modèle d'armature en vraie grandeur. « Plutôt que de seulement trouver des solutions qui paraissent bien sur le papier, nous avons aussi évalué la constructibilité du projet. Ça ne fait pas généralement partie du travail de l'ingénieur, mais cet immeuble est tellement particulier qu'il fallait adopter une approche particulière. »

Paragraph two

Lorem ipsum paragraph two dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Duis iaculis justo molestie diam interdum, eu scelerisque diam ullamcorper. Nullam faucibus sapien risus, eget molestie ipsum maximus sed.