Six critères pour des infrastructures véritablement intelligentes

Dans cette conclusion à notre série sur les infrastructures intelligentes, nous explorons les facteurs qui aident la technologie à apporter une valeur ajoutée, plutôt qu’une complexité inutile ou des conséquences inattendues.

Avec les technologies intelligentes telles que les capteurs, la robotique et l’intelligence artificielle, les infrastructures canadiennes seront bientôt en mesure de mieux fonctionner en exploitant des ensembles de données qui n’existaient pas autrefois. Munies de cette information solide, elles seront infiniment mieux équipées pour prédire nos comportements et adapter leur propre fonctionnement de manière proactive. Mais l’ajout de technologies intelligentes va-t-il rendre les infrastructures véritablement « intelligentes »?

Intel_Infra_thought_paper_Graphic_1_EN

Dans l’esprit du public, les infrastructures intelligentes sont souvent réduites à la combinaison d’actifs physiques, comme les routes et les ponts, avec des capteurs, des capacités de communication et des fonctions d’analyse*. Plus on intègre des capacités de détection, de communication, d’analyse et de contrôle, plus on est en mesure d’aller au-delà de la simple description d’une situation pour y remédier de manière proactive*, voire pour permettre à l’infrastructure de s’autogérer, et plus les infrastructures sont intelligentes.

Mais qu’en est-il lorsqu’on ajoute de l’« intelligence » qui en vérité diminue l’efficacité, la résilience, la sécurité ou le bien-être général?

 

Ajout de valeur

L’ajout de gadgets technologiques ou de fonctions arbitraires ne suffit pas à créer des infrastructures intelligentes. Les infrastructures véritablement intelligentes tirent profit de la technologie pour améliorer les résultats, le bien-être et la qualité de vie de leurs occupants. À titre d’exemple d’infrastructures qui ne sont pas intelligentes, on peut citer l’étude de l’Université de Toronto qui a révélé que les véhicules autonomes ne détectent pas les personnes en fauteuil roulant. Ou les villes créées de toutes pièces* modélisées d’après un concept de « villes intelligentes », qui regorgent d’automatisation et de capteurs, mais dégagent une impression déprimante de vide. Les infrastructures intelligentes doivent parler aux gens et les inviter à réagir.

Lors de la conception d’une infrastructure intelligente, il est important de respecter ces six principes pour être certain qu’elle apporte de la valeur :

Elle s’intègre dans une société intelligente

L’infrastructure intelligente extrait de l’information auprès des utilisateurs et des décideurs et leur en fournit en retour pour leur permettre de prendre des décisions qui amélioreront leur bien-être général. Par exemple, elle peut les inviter à changer d’itinéraire pour réduire le trafic ou leur indiquer où diminuer les activités qui aggravent la pollution de l’air. Tous les échanges d’information ne seront pas numériques et automatiques pour autant; certaines des sources d’information les plus précieuses proviendront des retours recueillis auprès des citoyens que l’infrastructure devra desservir, plutôt que de la collecte et de l’analyse de données numériques supplémentaires. Les décideurs doivent être en mesure de recevoir et d’interpréter cette information et de la convertir pour qu’elle puisse être utilisée par l’infrastructure. Et les utilisateurs auront probablement besoin d’une période d’adaptation avant de prendre conscience des avantages escomptés. Sans connexion avec les décideurs et les utilisateurs, et sans ajustement pour atteindre les objectifs de la communauté, l’infrastructure ne peut pas être intelligente. Prenez l’exemple des capteurs intelligents de pollution de l’air en Chine*, qui sont tout bonnement ignorés. L’infrastructure doit informer et contribuer à engendrer des citoyens et des décideurs intelligents tout en favorisant un environnement sain à long terme.

Intel_Infra_thought_paper_Graphic_2_EN

 

Elle s’intègre dans un réseau d’infrastructures

Un actif, pris isolément, apporte souvent peu de valeur. Un pont, par exemple, permet à un véhicule de traverser une rivière. Mais si d’autres rivières jalonnent son parcours, chaque pont du trajet doit impérativement remplir sa fonction pour que le conducteur atteigne son but. L’infrastructure intelligente évalue sa performance dans le cadre d’un réseau, constitué non seulement d’actifs créés par l’homme, mais aussi de ressources naturelles qui fonctionnent en harmonie avec eux*, pour assurer le bien-être des utilisateurs.

Intel_Infra_thought_paper_Graphic_3_EN

Par exemple, pour fournir de l’eau potable salubre et propre, on peut s’efforcer de mieux concevoir des systèmes de transport et de drainage des sols, planter davantage de végétation ou réaliser un traitement amélioré. L’intelligence réside dans le fait de reconnaître les contributions potentielles de l’ensemble du réseau et de déterminer l’équilibre qui permet d’atteindre les objectifs de la communauté de la manière la plus efficace et la plus rentable. On peut commencer par réfléchir à un réseau d’infrastructures, puis à un réseau d’utilisateurs/décideurs, et enfin à la façon dont ces deux aspects interagissent.

Intel_Infra_thought_paper_Graphic_4_EN

 

Elle surveille sa propre performance et apprend

L’infrastructure intelligente collecte des données sur sa propre performance, apprend à améliorer sa performance tout au long de sa durée de vie et apporte elle-même des changements ou impose aux utilisateurs de modifier leurs comportements ou aux décideurs de prendre de nouvelles décisions.

 

Elle voit les chocs et contraintes futurs et accroît sa résilience

L’infrastructure intelligente recueille de l’information sur les futurs changements au niveau de la technologie, de la société, du climat et des ressources, et nous informe pour nous aider à nous préparer à ces changements, ou à en modifier le cours. Qui plus est, pour bien gérer la composante technologique, une redondance* doit être intégrée de manière à éviter que les pannes d’alimentation ou de communication n’entraînent le chaos. En d’autres termes, des capacités de prédiction, de diagnostic et de passage à l’action doivent être présentes dans la société intelligente.

 

Elle se contrôle et se gère elle-même (ou presque)

L’intelligence, c’est passer de l’absence d’information à la capacité de prédire ce qui va advenir, puis au fait d’acquérir un certain contrôle sur la situation. Pour ce faire, des capacités d’analyse supérieures, de meilleurs capteurs, de plus grandes capacités de communication (pour extraire davantage de données d’un plus grand nombre de sources) et de meilleures mesures de contrôle sont nécessaires.

 

Elle donne plus qu’elle ne prend

Les bénéfices tirés de la conception de l’« intelligence » l’emportent sur les coûts générés tout au long du cycle de vie de l’actif. Avant tout, l’infrastructure améliore le bien-être général, apportant plus qu’elle ne demande.

 

Critères de conception

Les infrastructures intelligentes nécessitent des données de contexte complètes, un diagnostic précis, une prévisibilité et une proactivité, avec deux mises en garde : tout d’abord, ces fonctions ne doivent PAS NÉCESSAIREMENT être fournies par des capteurs et des technologies de pointe, elles peuvent être obtenues en combinant des sources sociales et techniques. Deuxièmement, l’intelligence potentielle atteint sa limite lorsque les coûts de l’intelligence dépassent ses bénéfices. L’intégration de la proactivité à un système intelligent peut présenter des avantages marginaux s’il n’y a pas grand-chose à faire pour nous préparer. Plus le bien-être général de la communauté est pris en compte à chaque stade de la progression de l’intelligence, plus le système est intelligent.

Intel_Infra_thought_paper_Graphic_5_EN

La couleur bleue correspond aux technologies et aux données quantitatives, tandis que le vert désigne des données qualitatives.

Tout ne se résume pas aux infrastructures et à la technologie; certaines des sources d’information les plus précieuses proviendront directement des citoyens informés et engagés. Par exemple, on sait que 14 % des Canadiens ont un handicap. Mais c’est seulement quand on entend une personne à mobilité réduite raconter les heures passées à attendre des systèmes de transport adapté inadéquats, à trouver un moyen sûr de traverser la rue ou à chercher une entrée accessible* qu’on est véritablement sensibilisé au problème et qu’on trouve la motivation pour le résoudre. Lorsque les données et les récits personnels s’unissent pour faire naître l’envie et améliorer le bien-être, on obtient alors des infrastructures véritablement intelligentes.

* Les liens marqués d’un astérisque ne sont disponibles qu’en anglais.

Solutions interconnectées(MD) de WSP | Infrastructures intelligentes (articles)

Dans notre série d’articles sur le leadership éclairé en infrastructures intelligentes, des experts de WSP abordent les incidences des infrastructures plus intelligentes que nous mettons en place.

Lire les articles Solutions interconnectéesMD de WSP