L'immeuble du 56 Leonard Street vient à peine d'atteindre sa hauteur finale, qu'il est déjà l'un des attraits les plus distinctifs du ciel de Lower Manhattan. 


Emplacement

  • New York, États-Unis

Secteurs

Service

Client

  • Alexico Group

Statut

  • Completed in 2016

Architecte

  • Herzog & de Meuron, Costas Kondylis and Partners

Prenant l'aspect d'une série de boîtes de formes irrégulières empilées les unes sur les autres, parfois en porte-à-faux sur 10 à 25 pieds, l'édifice a été créé par les architectes suisses Herzog & de Meuron — la firme responsable du « Nid d'Oiseau » (le stade olympique) de Beijing. Lorsqu'il sera terminé, l'immeuble offrira 145 appartements de luxe dans le quartier TriBeCa.

Au début, l'architecture du bâtiment présentait une forme rectiligne relativement régulière, mais chaque semaine elle changeait, jusqu'à produire des étages tous différents les uns des autres. « Juste en regardant la structure, indique Hezi Mena, on s'imagine bien qu'elle présente de nombreuses difficultés du point de vue structural. C'est comme une immense sculpture. Il n'y avait pas de solution unique pour l'immeuble au complet. Chaque étage doit être capable de se porter par lui-même, alors nous avons dû traiter chacun d'une manière nouvelle et imaginative. »

Les solutions pour la structure

La solution proposée par l'équipe de l'ingénierie est d'utiliser une structure de béton très solide, mais dissimulée, pour permettre des murs extérieurs entièrement vitrés, offrant une vue de presque partout, où que l'on se trouve. Le noyau central et les colonnes extérieures sont reliés par des éléments de raidissement aux étages mécaniques du 32e et du 46e. Au sommet se trouve la « piscine » — un amortisseur liquide rempli de 130 000 litres d'eau, pour contrer les mouvements de l'immeuble dus au vent.

L'un des plus grands casse-têtes, pour l'équipe de Mena, avait trait au soutien des structures en porte-à-faux. Pour les plus petites, l'épaisseur des dalles-planchers en béton offre un soutien suffisant. Pour les plus grandes, de plus de 15 pieds, on a mis des poutres supplémentaires et pour les plus grandes de toutes, une poutre Vierendeel — une colonne perpendiculaire qui porte sur deux étages, sans obstruer les espaces aménagés ni les vues. Un peu partout dans la structure on a placé des colonnes « décalées », pour transférer les charges d'un endroit à l'autre en allant vers le bas du bâtiment. Il n'y a aucun mur porteur à l'intérieur des habitations, pour laisser les occupants aménager les espaces à leur guise, ou adjoindre des appartements contigus, à l'horizontale ou à la verticale.

Engineering 56 Leonard Street

Villas Célestes

Les plus grands éléments de structure en porte-à-faux se trouvent dans la partie supérieure de l'immeuble. Les dix derniers étages comportent chacun une seule habitation, les sky villas (ou « villas célestes »). « Les habitants n'auront pas le sentiment de vivre dans un immeuble en hauteur, mais dans une maison de campagne, note Mena. Ils auront la vue libre tout autour, sans avoir vraiment connaissance de qui habite au-dessus, ou au-dessous, d'eux. Ce sera une expérience très différente de celle de l'appartement new-yorkais type. »