Modernisation de l’usine de traitement des eaux usées de la ville de Ladysmith

L’évacuation des eaux usées municipales polluait le port de Ladysmith, un environnement sensible et précieux pour la communauté locale, les Premières Nations ainsi que l’industrie des mollusques et des crustacés. La Ville de Ladysmith souhaitait établir une stratégie qui assurerait une conformité à la réglementation environnementale et serait bénéfique pour la population en pleine croissance.


Emplacement

  • Colombie-Britannique, Canada

Secteurs

Service

  • Gestion des actifs pour l’eau
  • Traitement des eaux usées et réseaux de collecte
  • Traitement de l’eau potable
  • Voir tout

Statut

  • Completed

Prix

  • Association of Consulting Engineering Companies British Columbia (ACEC-BC) Award of Merit (2018)
  • L’Association des firmes d’ingénieurs-conseils 2018


Contexte

Le port de Ladysmith constitue un écosystème fragile sur le plan environnemental, auquel comptent traditionnellement les communautés des Premières Nations pour s’alimenter depuis des milliers d’années. Originaire du Japon, l’huître creuse du Pacifique a été introduite dans le port au début des années 1900 afin de soutenir l’industrie commerciale des mollusques et des crustacés. Cette huître abonde toujours dans le port, qui constitue un habitat florissant pour les fruits de mer et abrite en outre toute une variété d’activités récréatives et commerciales.

La ville de Ladysmith envisage un futur prospère, durable et résilient. La protection du port contre les déversements de déchets humains est une priorité pour la communauté. Depuis plusieurs années, le port est fermé à la pêche récréative de mollusques et de crustacés, et seules des activités commerciales comportant des processus d’épuration complets y sont acceptées.

En 2007, la Ville a mis en place un plan de gestion des déchets liquides (PGDL) , qui a reçu l’approbation du ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique en 2013. WSP a mis en œuvre le PGDL pour la Ville, ce qui comprenait de multiples consultations auprès des organismes responsables de la réglementation, la communauté locale, ainsi que la Première Nation Stz’uminus. Un très fort appui a été exprimé en faveur de la modernisation de l’usine de traitement des eaux usées de la ville, pour protéger la qualité de l’eau dans le port de Ladysmith. Le PGDL présente la feuille de route que la Ville suivra pour la mise à niveau, ainsi que les exigences, les capacités et les engagements clés du programme.

Les phases 1 et 2 de cette modernisation proposée ont été réalisées entre 2009 et 2012, et comprenaient notamment la construction de nouveaux ouvrages (valves, dégrillage et dessablage) et l’installation de filtres à bande presseuse Salsnes pour l’épuration primaire ainsi que d’une essoreuse centrifuge.

La modernisation a pris fin en 2017 avec la phase 3, qui comprenait la construction d’une nouvelle installation de traitement secondaire dotée d’un laboratoire intégré, d’un atelier ainsi que de locaux administratifs, à laquelle se sont ajoutées de nombreuses autres améliorations à l’usine existante. La phase 3 incluait également l’installation d’une alimentation d’urgence et d’un système de surveillance et de contrôle à distance permettant l’exploitation continue de l’installation.

Population actuelle
9 000
Population touchée par l’activité de l’usine
17 200
Réduction de matière solide évacuée dans le port
89 %
Réduction de matière organique évacuée dans le port
94 %

Innovation

En tant que consultant principal, WSP a préparé toutes les phases de la modernisation. Terminée en 2017, la phase 3 consistait à construire un nouveau bâtiment de plusieurs étages, puis à confiner le processus de traitement secondaire et le doter d’un système de contrôle des odeurs optimal. Le nouveau bâtiment abrite également des locaux administratifs, un laboratoire ainsi qu’un atelier. L’empreinte écologique permise de ce projet était extrêmement restreinte, ce qui a mené au choix d’un réacteur à biofilm à lit mobile (RBLM) ainsi que du processus de flottation à l’air dissous (FAD) pour la séparation des solides, offrant un traitement de grande qualité, le tout dans un espace restreint. Il s’agit de la toute première fois que la combinaison RBML-DAF est jumelée pour le traitement des eaux usées municipales dans l’Ouest canadien.

Intégration de caractéristiques durables

De nombreuses initiatives de développement durable ont été incluses dans la conception, notamment l’énergie solaire, la récupération de chaleur des émissions pour le chauffage et la climatisation du bâtiment et le recyclage d’eau pour l’irrigation et l’utilisation d’eau non potable de l’usine.

La qualité de l’effluent traité a été considérablement améliorée grâce à cette modernisation qui a permis notamment la diminution de la demande biochimique en oxygène (DBO), passant de 54 à 98 %, et du total des solides en suspension (TSS), dont l’élimination est passée de 70 à 98 %.

Modernisation de l’usine de traitement des eaux usées de la ville de Ladysmith

Prix canadiens du génie-conseil (AFCG/CCE)

Le succès de la modernisation de l’usine de traitement des eaux usées de la ville de Ladysmith a été récompensé le 23 octobre dernier, à l’occasion de la cérémonie de remise des Prix canadiens du génie-conseil 2018 (AFCG/CCE). Le projet a reçu le prestigieux prix d’excellence dans la catégorie Ressources hydriques, démontrant ainsi l’immense qualité de l’ingénierie, de l’innovation et des avantages pour la communauté. Il s’agit d’un bel hommage rendu à toutes les équipes qui ont participé au projet ainsi qu’à la communauté de Ladysmith, qui tirera grandement avantage de ce prix.